Un jour dans la vie de Liam Slattery

27 août 2019

Notre équipe d’enquêteurs recueille et analyse des preuves sur la cruauté en infiltrant des milieux souvent difficiles. Liam Slattery, qui dirige cette équipe dévouée partage avec nous son quotidien…

* Comme certaines enquêtes sont en cours, les noms ont été changés pour assurer la sécurité de notre personnel.

7h30 Téléconférence avec Patrick, le vétérinaire et chargé de recherche de l’équipe. Il est à Nairobi, au bureau de Protection mondiale des animaux en Afrique. Il veut son opinion sur des vidéos exclusives qui nous ont été transmises sur l’élevage intensif des poulets en Europe. Ces preuves, filmées de façon anonyme, nous ont été transmises parce que l’expéditeur s’inquiétait que les poulets souffrent de la chaleur accablante l’été dernier. Il faut bien comprendre comment les conditions filmées ont pu affecter le bien-être des oiseaux. Je sais que Patrick m’en fera une analyse précise et scientifique.

Fait intéressant, d'après son évaluation initiale, bien que les images ont été prises lors d'un des étés les plus chauds jamais enregistrés en Europe, certains des poussins souffrent d'exposition aux basses températures. Les poulaillers sont trop froids et les poussins se blottissent désespérément les uns contre les autres pour se réchauffer. Ces images montrent à quel point les élevages intensifs peuvent créer de mauvaises conditions pour des poulets à chair à croissance rapide. Je note qu’il faudra informer l’équipe de la campagne Du changement pour les poulets et demander à Patrick de revoir d’autres vidéos.

Recueillir des preuves : Liam et son équipe enquêtent sur la souffrance des poulets dans l’industrie en Europe. Cette image est tirée d'un film fourni par un citoyen anonyme préoccupé.

8h30 J’analyse les courriels que m’ont transmis mes contacts mondiaux pendant la nuit, à la recherche des dernières nouvelles, informations et indices sur les sujets en cours d’enquête. Un contact des forces de l’ordre sud-américaines m’a envoyé un courriel sur le problème du trafic des espèces sauvages. J’en transfère le contenu principal à Nic, notre conseiller d’enquête, qui dirige actuellement le travail de terrain pour cette campagne au Suriname. J’ai pris soin d’effacer tout ce qui pourrait identifier notre source. Nic ne transmettrait jamais cette information, mais je suis toujours conscient du risque qu’un courriel soit vu par la mauvaise personne. 

9h30 Rencontre avec les équipes de Changements en profondeur et des communications digitales. Nous passons en revue le premier montage d’un film de la campagne, avec des images que j’ai prises lors d’un voyage en Indonésie l’an dernier. J’ai filmé une communauté de pêcheurs en train de tester un système de marquage d’engins pour minimiser les pertes et rendre les engins perdus plus faciles à retracer. Ce type de vidéo peut servir à convaincre les décideurs et accroitre l’appui du public à nos campagnes.

S’attaquer au problème : Liam a filmé et étudié comment les pêcheurs indonésiens testent un projet de marquage d’engins de pêche, dans le cadre de notre campagne Changements en profondeur, qui vise à protéger la faune marine de la mort et des blessures.

12h30 Diner d’affaires avec le contact d’une société de production documentaire. Aux États-Unis, un cinéaste pourrait être intéressé à participer à une enquête sur un site faunique touristique. Le contact est un représentant de leur bureau en Angleterre. On évalue les possibilités : de quelle façon coopèrerait-on, et jusqu’à quel point l’idée ferait avancer notre campagne Faune au lieu de spectacle. Ce genre de partenariats peut vraiment aider notre message à atteindre un public plus vaste.

14h Retour au bureau. Un autre appel vidéo. À Suriname, Nic documente la capture légale et illégale des perroquets aras. Il a constaté que ce commerce était peu surveillé et qu’il risquait fort de favoriser le « blanchiment » d’aras de source illicite dans le commerce licite. L’information que nous avons recueillie à ce jour a déjà permis à notre équipe de Politique et plaidoyer (Policy and Advocacy) de faire réduire le quota d’aras que les chasseurs sont autorisés à prendre. L’équipe a présenté les conclusions de son enquête à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), un important forum mondial. Le fait d’y aller nous permet aussi de veiller au bien-être d’autres espèces.

Trafic d’espèces sauvages :  au Suriname, les aras braconnés dans leur environnement pour le commerce d’animaux exotiques de compagnie. L’équipe de Liam recueille des preuves.

15h30 Eyob, un autre conseiller en enquêtes fait le compte rendu de la rencontre mondiale sur la campagne Wildlife. Not Medicine. Il me met au courant des enquêtes potentielles dont nous avons parlé. Nous allons probablement enquêter sur le braconnage et le trafic international des grands félins dans le marché illicite de la médecine traditionnelle. Ce sera surement un grand défi, mais c’est un sujet que l’équipe tient à aborder.

16h Départ pour Heathrow. Demain, je visite notre bureau de Nairobi pour assister à la rencontre de préparation de la campagne sur les Animaux d’élevage. Ce sera l’occasion de rencontrer l’équipe d’Afrique en personne et de voir leur travail en action. On fait tant de rencontres par Skype ou par téléphone pour éviter les frais de voyage, que tout contact personnel devient extrêmement précieux. Je pourrai aussi revoir Patrick et savoir ce qu’il pense de la vidéo des poulets en Europe. Tout excité par ce que m’apporteront les prochains jours, je pars vers Russell Square, la station de métro la plus proche et la première étape de mon dernier voyage.

Au moment où vous lisez ces lignes, Liam et notre équipe chargée d’enquêtes et de recherche de preuves travaillent aux quatre coins du monde à s’assurer d’avoir toutes les preuves nécessaires pour faire changer durablement les conditions de vie des animaux. Merci beaucoup de les appuyer.

Au moment où vous lisez ces lignes, Liam et notre équipe chargée d’enquêtes et de recherche de preuves travaillent aux quatre coins du monde à s’assurer d’avoir toutes les preuves nécessaires pour faire changer durablement les conditions de vie des animaux. Merci beaucoup de les appuyer.

Faites passer le mot: