Les activités les plus cruelles

Les agences de voyages du monde entier profitent de certains des plus cruels attraits touristiques de la faune.

Qu'il s'agisse de chevaucher des éléphants, de faire des selfies avec des tigres ou de présenter des spectacles de dauphins, ces activités peuvent causer des souffrances à vie aux animaux sauvages.

L’an dernier, la Wildlife Conservation Research Unit (UildCRU), de l’université d’Oxford, a analysé 24 types d’attraction exploitant des animaux sauvages. L’équipe les a évaluées en fonction des critères de bien-être et de conservation. Nous avons combiné ces données à nos propres études pour identifier les 10 types d’activités les plus cruelles.

Voici cinq des dix attractions les plus cruelles du monde que nous avons révélées dans notre rapport Checking out of cruelty (Renoncer à la cruauté) :

Les promenades à dos d’éléphant

Avant qu’un éléphant accepte de prendre des touristes sur son dos ou d’interagir avec eux, il faut l’arracher à sa mère en bas âge, et le soumettre à un dressage intense pour le « casser ». Le processus implique la contrainte physique, le supplice et la privation de nourriture et d’eau. Au moment où l’éléphant se laisse monter, il peut sembler paisible, mais ce n’est que parce qu’il a été cassé.  Le « bullhook », un instrument semblable à un tisonnier, est là en permanence pour lui rappeler la domination de l’humain.

Et la cruauté ne s’arrête pas là. Quand il n’amuse pas les touristes, la plupart du temps l’éléphant est enchainé, incapable d’interagir avec ses semblables. Son bien-être physique et mental en est grandement affecté.

Les selfies avec les tigres

Les petits tigres sont séparés de leur mère en bas âge, puis servent d’accessoires photos pendant de longues heures. Ils se font manipuler par les touristes, et passent le reste du temps enchainés dans de petites cages au sol de béton. 

En Thaïlande, nous avons trouvé 10 sites où l’on gardait 614 tigres. Si la cruauté envers les tigres est courante dans ce pays, elle foisonne aussi ailleurs en Asie, en Australie, au Mexique et en Argentine.

© CC BY-SA 3.0 (via Wikimedia)

La marche avec les lions

On élève les lionceaux et on les arrache à leur mère en général à l’âge d’un mois pour satisfaire l’industrie croissante du tourisme avec les lions, surtout en Afrique du Sud. Les touristes les manipulent pendant des heures et se prennent avec eux en photo. On leur dit souvent de frapper les petits s’ils ont un comportement agressif ou indésirable.

Une fois que les lionceaux sont trop grands pour être manipulés, mais qu’ils sont encore faciles à contrôler, on s’en sert pour la marche avec les lions, une nouveauté touristique. Entrainés à marcher avec les touristes de façon ‘sécuritaire’, ils sont parfois tenus en laisse.

Ces lions passent le reste de leur vie en captivité, car ils ne peuvent être relâchés dans la nature.

La manipulation de tortues marines

Le dernier élevage de tortues marines au monde se trouve aux iles Cayman et sert d’attraction touristique. Les visiteurs y peuvent manipuler les tortues et même en manger dans les restaurants.

Angoissées et malades, les tortues marines vivent un long calvaire à la Cayman Turtle Farm. Le fait d’être manipulées les traumatise. Et il arrive aux visiteurs de les échapper, ce qui peut leur causer des blessures mortelles.

En savoir plus sur notre pour mettre fin à l’élevage et à l’exploitation des tortues de mer.

Les spectacles de dauphins

Des millions de touristes visitent les delphinariums, inconscients de la cruauté dont sont victimes les dauphins de spectacle.

Bien que la pratique soit interdite dans des pays comme les États-Unis, on capture encore de nombreux dauphins à l’état sauvage pour les spectacles. Ils sont souvent chassés par bateaux à haute vitesse, puis hissés à bord ou piégés dans des filets. Le stress est souvent si intense que beaucoup d’entre eux succombent en chemin vers leur destination finale.

Pour les dauphins, sauvages ou d’élevage, le delphinarium c’est la prison à vie. Ils passent le reste de leurs jours dans un espace à peine plus grand qu’une piscine – un milieu contraignant tout à fait contraire à leur environnement naturel, en pleine mer.

Lisez à propos de nos recherches sur le problème de la détention des animaux marins en captivité.

Apprenez-en plus sur notre travail visant à mettre un terme à l’élevage de tortues marines.

Les agences de voyages du monde entier profitent de certains des plus cruels attraits touristiques de la faune. Qu'il s'agisse de chevaucher des éléphants, de faire des selfies avec des tigres ou de présenter des spectacles de dauphins, ces activités peuvent causer des souffrances à vie aux animaux sauvages.

Ces attractions ne sont que les cinq plus cruelles parmi celles présentées dans notre rapport Checking out of cruelty (Renoncer à la cruauté). Nombre d’autres animaux sauvages sont voués à une vie de misère dans les sites touristiques à travers le monde. Les singes sont forcés de danser et les civettes en cage sont gavées pour produire le café des touristes, tandis que l’élevage intense des crocodiles devient une attraction touristique populaire.

Découvrez ce que vous pouvez faire pour protéger la faune >

Élevons la voix pour les animaux sauvages

Qu’il s’agisse de poser en photo avec des animaux sauvages, d’assister à un spectacle où ils sont forcés de performer, ou de participer à des activités où l’on peut monter sur leur dos, la demande croissante en activités touristiques force de plus en plus d’animaux à souffrir pour nous divertir.

Ensemble, nous pouvons mettre fin à leur souffrance au nom du tourisme, une fois pour toutes.

En voyage, engagez-vous à faire du tourisme éthique envers les animaux. Vous pouvez les protéger en réduisant la demande en activités impliquant des animaux sauvages dans les pays où vous voyagez.

Pour vous remercier de prendre notre engagement, nous vous enverrons un lien où télécharger notre guide-vacances de l’ami des animaux, en format de poche.

Lumière sur : une industrie cruelle

Vous en faites déjà partie? Partagez maintenant notre campagne et notre vidéo pour nous permettre d’inspirer les voyagistes responsables à mettre fin à ce divertissement cruel et à protéger la faune.

 

 

Faites passer le mot: