Animaux marins en captivité

Depuis 1991, Protection mondiale des animaux sensibilise le public au problème des animaux marins en captivité. Avec d’autres organisations partenaires, nous protégeons la vie marine partout au monde.

Le problème

Les activités de nage avec les dauphins permettent aux visiteurs de caresser des dauphins en captivité dans des bassins peu profonds, de nager avec eux en eaux plus profondes ou de se laisser tirer en se tenant à leur nageoire dorsale. Comme l’USDA (département de l’Agriculture des États-Unis) ne règlemente pas ces activités, les registres sur les blessures humaines et les décès de dauphins qu'elles causent sont souvent incomplets, et les innombrables décès de dauphins ne sont jamais déclarés.

Le dauphin a évolué pour vivre et s'épanouir en parfaite harmonie avec son habitat océanique sauvage, et non confiné à un bassin de béton ou un lagon artificiel.

Les statistiques publiées sur la mortalité des dauphins pendant leur capture et leur confinement prouvent que les dauphins n'ont pas leur place en captivité. À l’état sauvage, le dauphin peut nager plus de 65 kilomètres par jour : il s'accouple, se nourrit, se bat et joue avec les membres de son groupe dans un environnement océanique diversifié, qu’il explore par écholocalisation.

En captivité, il en est réduit à nager inlassablement en rond dans un habitat artificiel, à interagir avec des dauphins étrangers et d’autres espèces, et à adopter des comportements contre nature et parfois douloureux. Aussi, le dauphin en captivité est exposé aux infections humaines, aux bactéries et aux produits chimiques, et il souffre de maladies liées au stress.

Un comportement anormal

Voici les comportements à observer lors des spectacles et des activités avec des dauphins

Il se sort la tête de l’eau : En captivité, le dauphin passe 80% de son temps à la surface de l’eau, pour trouver de la nourriture et attirer l’attention. En revanche, le dauphin sauvage passe 80% de son temps sous l’eau, à jouer, à chasser et à explorer.

Il sort de l’eau pendant un spectacle pour permettre aux visiteurs de le cajoler : S’il restait dans cette posture trop longtemps, ses organes internes finiraient par écraser sous son propre poids. Le dauphin en captivité a été entrainé à ignorer son instinct naturel. À l’état sauvage, il ne se sort jamais entièrement de l’eau de son propre gré.

Il vocalise et hoche de la tête pour une récompense en nourriture, comme pour dire Oui ou Non; il donne des « poignées de main » et salue l’auditoire avec ses nageoires pectorales. On l’affame pendant son dressage, et quand il réussit un numéro, on le récompense avec des morceaux de poisson. Si un dauphin vous salue, c’est qu’il a faim, tout simplement.

Il nage en rond, il regarde constamment à travers les barrières ou il se laisse flotter à la surface de l’eau : Ces comportements dénotent un ennui et un stress psychologique profonds. Le dauphin sauvage reste rarement immobile dans l’immensité de l’océan.

Vous aimez les dauphins? Évitez ces activités.

Le succès commercial de ces activités contribue à la forte augmentation du nombre de dauphins capturés à l’état sauvage. 

Ces activités sont annoncées comme étant « éducatives » et « écologiques » : on les vend à ceux qui aiment les dauphins, qui s’intéressent à leur conservation et qui cherchent un moyen tangible d'exprimer cet intérêt. Or, en participant à ces activités, les visiteurs alimentent une industrie qui doit capturer et garder toujours plus de dauphins pour répondre à la demande.

Choisissez des activités éthiques et responsables, qui vous permettent d’observer les dauphins dans la nature, dont ils font partie.

Restez informé

Abonnez-vous à notre liste d’envoi pour être informé de nos dernières nouvelles, pétitions, actions et campagnes. Cliquez ici pour vous abonner.

Faites passer le mot:

Le grand dauphin :

Le grand dauphin, ou Tursiops truncates de son nom scientifique, est l’espèce qu’on trouve le plus souvent dans les delphinariums et les sites où l’on peut nager avec eux.

Les animaux dans la nature

04 décembre 2018
Après deux ans passés à étudier les pratiques de chasse traditionnelle, à Assam, en Inde, notre chercheur, travaillant avec l’Unité de recherche sur la conservation de la faune sauvage de l’Université d'Oxford (WildCRU), a infiltré une équipe de braconniers.