Sept arguments en faveur de la viande « in vitro »

23 octobre 2018

La viande in vitro, ou viande « propre », est faite à partir d’échantillons de cellules animales qu’on reproduit en laboratoire. Cette viande qui révolutionnera notre monde culinaire arrivera sur les tablettes des supermarchés et aux menus des restaurants dans un avenir très proche.

C’est comme de la viande, ça goute la viande et c’est de la viande, mais élevée en laboratoire. Identique à la viande qu’on connait, cette viande artificielle est produite à zéro cruauté animale. Elle est donc plus saine, produit moins de GES et compte de nombreux avantages par rapport à la viande conventionnelle. Vous laisserez-vous tenter? Vous devriez! 

1. Une viande zéro cruauté

Des 70 milliards d’animaux élevés chaque année dans le monde, environ 50 milliards vivent en élevage industriel. On traite ces animaux comme les rouages d’une machine et non comme des êtres vivants sensibles. Leur vie est brève et misérable. Ils sont souvent entassés dans des cages, des caisses ou des enclos où ils ne peuvent se comporter naturellement. Ils sont même sélectionnés pour leur croissance rapide : ils boitent, ont les os faibles et friables, et sont sujets aux infections et à la défaillance des organes. La viande propre peut potentiellement mettre fin à la souffrance de milliards d’animaux d’élevage chaque année. 

2. Une viande faible en gras saturés pour vivre plus longtemps

La viande propre sera meilleure pour nous, car les producteurs pourront choisir la quantité exacte de gras à inclure dans chaque hamburger, saucisse ou steak. Ils pourront peut-être même remplacer les gras saturés par des substituts plus sains comme les acides gras oméga‑3. Il est possible qu’on trouve bientôt sur les tablettes d’épiceries des variétés d’aliments sans cholestérol ni gras saturé. 

3. Une viande zéro résistance aux antibiotiques

Un monde où les antibiotiques n’agissent plus est une sombre perspective : des maladies aujourd’hui considérées comme mineures pourraient faire des millions de victimes. La surconsommation d’antibiotiques en agriculture est l’une des pires menaces pour la santé humaine, car elle entraine une résistance à des médicaments vitaux. En bref, de nombreuses infections qui n’auront plus de remèdes redeviendront mortelles comme aux siècles passés. La perte d’efficacité des antibiotiques sonnerait le glas pour la médecine moderne.  La viande in vitro requiert zéro antibiotique.  

4. Une viande zéro hormone

Dans des pays comme les États-Unis et le Canada, on donne aux vaches des hormones pour les faire grandir et produire plus de lait qu'elles ne le feraient naturellement. Ces hormones sont interdites en Europe, car les scientifiques craignent qu’elles ne présentent des risques pour la santé humaine. La viande in vitro requiert zéro hormone de croissance. 

5. Une viande zéro contamination bactérienne

Bon nombre de bactéries d’origine alimentaire comme la salmonelle et l’E. coli vivent dans l'intestin des animaux et se propagent par leurs excréments. La contamination peut se produire à l’abattage ou à la préparation de la viande. L’E. coli peut causer des crampes d'estomac, des nausées et de la diarrhée. Comme la viande propre n’implique pas d'excréments, il sera possible de manger des hamburgers zéro cruauté sans peur d’être infectés. 

6. Une viande qui finira par être moins chère que la viande traditionnelle

La viande in vitro est incroyablement chère à produire : plus de 2000 $ la livre. Personne ne paierait 500 $ pour un quart de livre de viande. Mais il ne faut pas s’inquiéter, les prototypes—voitures, téléphones cellulaires, téléviseurs à plasma, etc.—sont toujours hors de prix avant de devenir abordables. Quand on a créé le premier hamburger « propre », il coutait plus de 300 000 $. Le cout de production a donc déjà baissé énormément et continuera de le faire au fur et à mesure que les entreprises trouveront le moyen d’augmenter leur production. Le prix de cette viande finira par être comparable à celui de la viande traditionnelle. 

7. Une viande qui pourrait réduire la faim dans le monde

Aujourd’hui, près de 11% des 7,5 milliards d'humains sont sous-alimentés, dont 821 millions souffrent de faim chronique. Si l’on ne peut nourrir tout le monde, c’est qu’il faut des actions plus musclées. La viande propre requiert 99% moins de terre et 20% moins d’eau à produire. Elle permettrait à un plus grand nombre d’humains d’avoir accès à de la viande de qualité à un cout environnemental moins élevé et plus soutenable.

Découvrez notre travail pour mettre fin à l'élevage industriel et ce que vous pouvez faire.

Elle permettrait à un plus grand nombre d’humains d’avoir accès à de la viande de qualité à un cout environnemental moins élevé et plus soutenable.
Catégories: 

Faites passer le mot: