Chiens et rage : pourquoi les gens font fausse route

22 avril 2019

Le chien est notre « meilleur ami ». Rien de surprenant, il vit depuis toujours à nos côtés!

Le chien nous sert de compagnon, protège nos maisons et rassemble nos troupeaux. Grâce à ses sens développés, on a pu l’entrainer à détecter les drogues dans les aéroports, et on tente présentement de voir s’il peut détecter les maladies comme le cancer et la malaria. Avec son museau humide, ses grands yeux et ses oreilles aux aguets, il est évident qu’il améliore notre monde et parfois sauve même des vies.

Le chien est un héros de tous les jours. Alors pourquoi est-il si souvent maltraité?

Forcé à se battre contre d’autres chiens, cuit vivant pour sa viande ou abandonné quand on n’en veut plus, voilà le type de cruauté extrême qu’on fait subir à notre « meilleur ami ». Une autre grande menace qui le guette aujourd'hui, surtout dans les pays où sévit la rage : les campagnes d’abattage dans un effort maladroit pour protéger les gens de la maladie.

La rage est une maladie transmise par morsure ou griffure d'animal infecté, et peut donc se propager par les chiens. Si elle n’est pas traitée, elle peut avoir des conséquences fatales. Mais elle est évitable. Nos équipes travaillent sur le terrain à vacciner et à stériliser les chiens, et collaborent avec les gouvernements à l’échelle mondiale pour éliminer la rage en éduquant les communautés. Nous avons vacciné 1,6 million de chiens depuis 2013 et soutenons le plan mondial « Zéro d'ici 2030 », de la Collaboration Tous unis contre la rage.

Déboulonnons quelques mythes dangereux sur les chiens et la rage :

Le mythe : La meilleure façon d'éliminer la rage c’est d'abattre les chiens

La réalité : La vaccination est le moyen le plus efficace d'éliminer la rage

On fait cruellement souffrir des millions de chiens dans le monde dans le but de réduire leurs populations. Ils sont trainés dans les rues, électrocutés, empoisonnés ou gazés. Quelle façon horrible et surtout inutile de mourir! L'abattage est souvent vu comme le moyen de contrôler les populations errantes et réduire le risque de propagation de la rage. Mais c’est une erreur!

Selon plusieurs études, si l’on abat les chiens d’une région, le territoire vacant est vite peuplé par une nouvelle meute; et en tuant ces chiens, on mine les efforts de vaccination dans les populations à fort roulement. En fait, rien ne prouve que les campagnes d’abattage réussissent à elles seules à réduire la propagation de la rage. Les campagnes de vaccination n’éliminent pas la rage mais notre peur de la rage et nos préjugés négatifs envers les chiens. 

Le mythe : Il est aussi efficace de traiter les personnes exposées à la rage que de vacciner les chiens

La réalité : Mieux vaut prévenir que guérir

En vaccinant les chiens, on stoppe la rage. C'est là la solution la plus sure. La rage peut être mortelle, et dès qu’on se fait mordre par un chien enragé, c’est la course contre la montre qui commence pour trouver un traitement. Le problème est réel quand on vit loin des infrastructures médicales et qu’on ne peut se payer le traitement ou qu’on ne sait pas qu'on a contracté la rage.

Dans plus de 95 % des cas, la rage humaine provient du contact avec des chiens enragés. Les chiens ne peuvent se vacciner eux-mêmes, mais on peut faire une grande différence dans leur vie et dans celle de ceux qui les côtoient, en prenant la responsabilité de les immuniser contre la maladie. 

Le mythe : La façon la plus rentable de réduire la rage est de traiter les gens directement

La réalité : Traiter une personne infectée coute 26 fois plus cher que vacciner un chien

La différence de couts est stupéfiante. Si on fait la moyenne mondiale, la vaccination d’un chien, qui peut transmettre la rage à plusieurs personnes, coute environ 4 $US (5,35 $CAD), alors que le traitement d’une personne infectée par un chien coute en moyenne 108 $US (240 $CAN), soit 26 fois plus en dollars US, et 30 fois plus en Asie. En outre, en investissant à peine 10 % du cout du traitement postexposition d’un humain dans des programmes de vaccination des chiens, on pourrait complètement éliminer la rage. Soigner son chien et le protéger de la rage est un petit prix à payer, qui profite autant aux chiens et qu’aux personnes.

Le mythe : Les gouvernements font tout leur possible pour éliminer la rage

La réalité : La rage doit devenir une priorité pour les gouvernements des zones touchées

Il est clairement possible d’enseigner les programmes de lutte contre la rage dans les écoles des pays touchés. La rage est particulièrement problématique chez les enfants, car près de 60% des victimes ont moins de 15 ans. Certains messages sont simples à enseigner aux enfants et pourraient leur sauver la vie : Lave la plaie sans tarder et dis à quelqu'un que tu dois voir un médecin immédiatement.

Le mythe : Si un chien infecté vous mord, la meilleure chose à faire est de laver la morsure et d’attendre quelques jours pour voir si elle guérit

La réalité : La rage peut être mortelle. Cherchez immédiatement à obtenir un traitement médical.

Si le lavage immédiat et fréquent de la zone infectée avec du savon peut faire une grande différence, c’est insuffisant pour empêcher la rage de progresser. Une fois que la maladie s'est manifestée au-delà d'un certain stade et que les symptômes apparaissent, elle devient mortelle à 100 %. La réalité est qu'il n'existe absolument aucune autre solution à la rage. En cas de morsure, il faut immédiatement consulter un médecin.

Le mythe : La rage est facile à identifier chez le chien : il écume de la gueule et est un chien errant, contrairement à l’animal de compagnie.

La réalité : La rage peut infecter le chien de compagnie autant que le chien errant.

Dès qu'il contracte la maladie, le chien pose un risque immédiat, même si, au premier abord, ce n’est pas toujours visible. Utiliser la force ou la violence contre un chien errant ne fera que l'exciter et aggraver la situation, il faut donc garder une attitude calme et bienveillante.

La seule façon de vous assurer que les chiens autour de vous sont sans risque, c'est en soutenant les programmes de vaccination. La stérilisation, l'enregistrement et le micropuçage des animaux de votre entourage peuvent aussi être utiles. Ces méthodes peuvent contribuer à prévenir la propagation de maladies, permettent limiter les naissances et donc les populations de chiens errants, et servent à les identifier comme des chiens hors de danger.

Cliquez ici pour en savoir plus sur notre campagne Pour améliorer la vie des chiens et protéger de la rage les chiens et les gens du monde entier.

Dans plus de 95 % des cas, la rage humaine provient du contact avec des chiens enragés. Les chiens ne peuvent se vacciner eux-mêmes, mais on peut faire une grande différence.

Faites passer le mot: