Pour mettre fin à l’élevage des tortues de mer

La Cayman Turtle Farm est la dernière à élever des tortues de mer pour consommation humaine. Il est impossible d’élever des tortues de mer sans cruauté.

Le problème

La tortue marine est un animal sauvage migrateur solitaire, et aime nager sur de longues distances en eaux limpides. C’est dans sa nature sauvage. Imaginez sa souffrance quand elle se retrouve dans un petit aquarium insalubre. Puis, imaginez-en des centaines, voire des milliers ainsi captives.

À la Cayman Turtle Farm, on élève pour la viande 9500 tortues vertes, une espèce en voie d’extinction. Entassées dans des aquariums insalubres, ces tortues sont stressées au point de se mordre et de se mutiler entre elles.

C’est le dernier site du genre, où les touristes peuvent manipuler les tortues, inconscients du stress qu’ils leur font vivre. C’est pour ces mêmes touristes que ces tortues sont abattues et servies à la table des restaurants locaux, sous forme de steak et de burgers.

La solution

Ces magnifiques créatures méritent une vie plus saine et naturelle.

La Cayman Turtle Farm devrait être convertie en centre de réadaptation et d’éducation, comme l’Observatoire des tortues marines de Kélonia, à l’ile de La Réunion, qui recrée leur habitat naturel.

Kélonia est devenu un centre de conservation, d'étude et de découverte des tortues marines très respecté, ainsi qu’une destination d’écotourisme prisée. Sa réussite prouve que la Cayman Turtle Farm aurait tout avantage à délaisser l’élevage pour adopter un objectif plus éthique, durable et rentable.

La conversion d’une ferme d’élevage en centre de réadaptation et de remise en liberté s’est déjà produite. Cette conversion peut encore se produire. Inspirez le gouvernement des iles Cayman, les propriétaires de la ferme, à améliorer les conditions de vie des tortues à la ferme et à créer un changement positif.

Agissez aujourd’hui pour la sécurité des tortues de mer.

Signez notre pétition (en anglais seulement)

Ressources (en anglais seulement)

Faites passer le mot:

Media
Media
Media