La forêt tropicale d’Amazonie est reconnue pour sa biodiversité. Or, le nombre de touristes se prenant en selfie avec ses animaux fascinants connait une hausse vertigineuse.

Ainsi, on voit naitre l’exploitation intensive des paresseux, des caïmans, des dauphins roses, des anacondas et d’autres espèces sauvages. Le paresseux, de par sa nature docile et les traits de son visage, donne l’impression de sourire, c’est pourquoi il est la cible de ceux qui utilisent les animaux pour leur profit.

En Amazonie, les nombreux vendeurs de selfies vont chercher les paresseux au sommet des arbres. Ils arrachent ces animaux calmes et doux à leur habitat sauvage et les forcent à vivre dans des endroits bruyants et agités, où ils sont constamment manipulés par les foules de touristes.

Ne faites pas partie de cette horrible image. Signez notre Code du selfie de voyage et prenez des selfies sans cruauté.

Signez le Code du selfie de voyage

Les touristes qui prennent des selfies d’animaux sauvages aiment les animaux. En voyage, dans un lieu fabuleux comme l’Amazonie, il est normal de vouloir poster sur Facebook ou Instagram son selfie avec un paresseux ou un dauphin rose.

Mais si on comprenait toute la misère que subissent ces animaux pour de simples photos, on rangerait bien loin le téléphone et la caméra.

Parmi les 334 milliards d’images postées sur Instagram par ses 700 millions d’adeptes, notre enquête a recensé des dizaines de milliers de selfies d’animaux sauvages. Ces photos immortalisent des moments de pure joie pour leurs auteurs, mais restent souvent floues sur la souffrance des animaux utilisés.

Ceux qui postent des selfies avec des animaux sauvages dans leurs bras font bien des envieux, qui veulent à leur tour prendre ce type de selfies. Ainsi de plus en plus d’animaux sauvages sont pris dans cette dynamique impitoyable.

L’influence d’Instagram

En tant que géant du partage de photos, Instagram a la responsabilité de prévenir la souffrance animale dans les médias sociaux. Ses Règles de la communauté omettent de mentionner le bien-être des animaux ou la cruauté qu’ils subissent, mais ensemble, nous pouvons faire mettre cette souffrance à l’avant-plan.

Nous avons abordé avec Instagram ses politiques de protection des animaux. La discussion est en cours et nous allons lui montrer combien d’entre vous ont signé notre Code du selfie de voyage, en le priant de faire sa part pour la faune.

Signez le Code maintenant et faites entendre votre voix pour exposer la cruauté dans le tourisme.

Faites passer le mot: