Raja, l’ours rescapé, reprend des forces au sanctuaire

13/03/2017

Raja, l’ourson de 10 mois qui est arrivé faible et maigre, la veille du jour de l’An, reprend aujourd’hui des forces et s’adapte bien à sa nouvelle vie au sanctuaire Balkasar.

« Quand il est arrivé ici, il était très stressé et profondément traumatisé. Il avait besoin de caresses, d’attention et de réconfort pour se développer normalement. Il a été séparé de sa mère en très bas âge, puis sérieusement maltraité. Et maintenant, on réduit graduellement ses contacts avec les humains pour lui apprendre à vivre de façon autonome et le préparer à sa vie adulte ».

« Il a mis un certain temps à s’habituer à notre unité de quarantaine, mais aujourd’hui, il mange avec appétit et passe son temps avec ses jouets préférés : une buche de bois et un pneu. Il s’est lié d’amitié avec Saheb Rahim, notre directeur de sanctuaire. Quand Saheb lui rend visite, Raja sautille de joie », nous explique Madeeha Manzoor, du Bioresource Research Centre of Pakistan (BRC), notre partenaire qui dirige le sanctuaire. 

Avant d’arriver à Balkasar, Raja avait pour maitre un braconnier qui voulait le vendre comme ours dansant ou comme ours de combat. Heureusement, les autorités de protection de la faune ont été alertées et les tribunaux ont forcé son maitre à le remettre au sanctuaire Balkasar.

Le propriétaire de Raja ne savait pas trop comment le nourrir et lui donnait des bouts de pain rancis et de l’eau insalubre. Cette diète a laissé son pelage noir en piètre état. Et il était sous-alimenté, explique Madeeha.

« Sa fourrure était terne et rude au toucher. Aujourd’hui, elle est déjà beaucoup plus douce et soyeuse. Raja adore sa nourriture : on lui donne un mélange de viande et de céréales. Il adore aussi des câlins sur les oreilles, sur le nez et la tête », ajoute Madeeha.

« Quand il est arrivé ici, il était très stressé et profondément traumatisé. Il avait besoin de caresses, d’attention et de réconfort pour se développer normalement. Il a été séparé de sa mère en très bas âge, puis sérieusement maltraité. Et maintenant, on réduit graduellement ses contacts avec les humains pour lui apprendre à vivre de façon autonome et le préparer à sa vie adulte ».

Lisez aussi l’histoire de Maya, un autre ours sauvé de la cruauté et qui vit aujourd’hui dans la paix du sanctuaire.

Raja devra probablement rester en quarantaine jusqu’à ce qu’il ait recouvré ses forces et sa santé. Grâce à votre appui, le personnel de Balkasar lui donnera les meilleurs soins du monde.

« Nous voulons nous assurer qu’il est physiquement et mentalement assez fort pour rejoindre les 40 autres ours du sanctuaire ou pour retourner vivre dans la nature », conclut Madeeha.

De mieux en mieux : Raja est entre bonnes mains et se rétablit très vite dans l’unité de quarantaine de Balkasar.

Balkasar: Vidéo sur le sanctuaire de notre partenaire, où les ours profitent de la vie en Roumanie!