Les sites membres de l’association mondiale des zoos offrent toujours des spectacles cruels envers la faune sauvage

09 novembre 2019

Les animaux sauvages continuent de souffrir dans certains grands zoos et aquariums associés à la WAZA (association mondiale des zoos et aquariums). Ce mois-ci nous avons assisté à la conférence annuelle de la WAZA, en Argentine, pour mettre fin à cette cruauté.

Spectacles de grands félins en gladiateurs, surf à dos de dauphins, éléphants jouant au basketball et orangs-outans portant des couches en scooter.

Voilà quelques-uns des spectacles que les animaux sauvages sont forcés de donner dans les zoos et aquariums membres de la WAZA.

Selon notre rapport The show can’t go on, publié en juillet 2019 et fondé sur une étude que nous avons menée avec la fondation Change for Animals, 75% des sites liés à la WAZA offrent aux visiteurs au moins un type d’interaction directe avec les animaux. Le rapport mentionne deux sites canadiens : African Lion Safari, pour ses tous et spectacles d’éléphants, et Jungle Cat World, pour ses activités de selfies « sauvages ».

Il peut paraitre inoffensif de s’approcher d’un animal sauvage en captivité, mais ce qu’on ne voit pas, c’est la façon dont il a été dressé à obéir aux commandes et puni quand il désobéissait. Les éléphants sont cruellement entrainés à accepter des touristes sur leur dos et les animaux qu’on prend en selfies sont élevés, vendus et achetés comme accessoires photo.

Un guépard qui sert d’accessoire photo

Élevons la voix pour ces animaux

Les membres de la WAZA viennent de tenir leur conférence annuelle à Buenos Aires, en Argentine. Nous y avons assisté pour parler au nom des animaux qui croupissent dans leurs aquariums et leurs zoos.

Il est temps que la WAZA bannisse les attractions cruelles et dégradantes pour les animaux sauvages et qu’elle s’engage à instaurer une politique de bien-être animal.

Selon Roberto Vieto, Directeur de la faune chez Protection mondiale des animaux :  « La WAZA prétend offrir un leadership et des conseils aux principaux zoos et aquariums du monde. Elle doit donc prendre des mesures proactives pour s'assurer que ses membres suivent ses directives de protection des animaux.

Des activités comme celles mentionnées dans notre rapport n’ont pas leur place dans les zoos modernes. Il est temps que la WAZA fasse preuve d’un leadership responsable. »

Un éléphant en spectacle à African Lion Safari

Directives existantes

La WAZA compte 282 membres directs et environ 1200 membres associés.

Selon ses directives, les membres ne peuvent impliquer d’animaux dans des spectacles, présentations ou activités interactives où ils sont forcés à adopter des comportements dégradants et contre nature.

Comme le démontre notre rapport, de nombreux sites associés à la WAZA ne tiennent pas compte de ces directives.

Passez à l’action

Votre voix est cruciale pour obtenir de la WAZA son engagement ferme.

Partagez cet article pour montrer à la WAZA que les gens ne veulent pas voir d’animaux souffrir pour le divertissement :

Sur Twitter

Partagez sur Facebook

Partagez par courriel

Il est temps que la WAZA bannisse les attractions cruelles et dégradantes pour les animaux sauvages et qu’elle s’engage à instaurer une politique de bien-être animal.
Catégories: 

Faites passer le mot: