Le Costa Rica demande aux touristes de ne plus prendre de selfies « sauvages »

06/12/2019

Se prendre en selfie avec un animal sauvage, c’est cruel. Plusieurs ignorent la souffrance liée à leurs selfies; nous appuyons donc la campagne du gouvernement costaricien qui encourage le tourisme responsable

« Protection mondiale des animaux travaille à convaincre l'industrie du tourisme d’abandonner les formes cruelles de divertissement. Nous félicitons le gouvernement costaricien d’avoir lancé cette ambitieuse campagne et de promouvoir le tourisme responsable dans la région et dans le monde. »

Le Costa Rica abrite plus de 5% de la biodiversité de la planète. Chaque année, des millions de touristes du monde entier visitent le Costa Rica pour admirer l’impressionnante faune qu’abrite ce petit pays, notamment ses paresseux, ses aras et ses singes.

Gros plan sur la cruauté

En 2017, nous avons publié un rapport, A close up on cruelty, qui classe le Costa Rica comme septième pire pays pour les selfies sauvages, parce que trop de gens viennent s’y prendre en photo avec des animaux sauvages. Selon notre rapport, le nombre de selfies sauvages sur Instagram a augmenté de 292% entre 2014 et 2017.

Plus de 40% sont des mauvais selfies, c’est à dire des selfies où quelqu’un tient, serre dans ses bras ou a un contact direct avec un animal sauvage.

Les selfies sauvages ont gagné en popularité dans les médias sociaux

Sites touristiques cruels

Au Costa Rica, garder un animal sauvage en captivité est un délit. Pourtant, plusieurs sites touristiques permettent encore aux visiteurs d'avoir un contact direct avec la faune pour leurs selfies.

On voit encore souvent des animaux sauvages se faire manipuler pour des selfies, ou placer en soi-disant sanctuaires où ils servent d’accessoires photo, malgré les lois costariciennes sur la faune et le bien-être des animaux qui interdisent la chasse et la capture d’animaux sauvages, le contact direct avec eux ou l’accès du public aux refuges d’animaux.

Signez le Code du selfie de voyage

Read more

Indicates required field

La campagne Stop Animal Selfies

Le gouvernement du Costa Rica cherche à protéger sa faune et à améliorer son classement en adoptant de nouvelles lois. Il vient aussi de lancer la campagne Stop Animal Selfies, pour sensibiliser les touristes à la cruauté liée aux selfies avec des animaux sauvages.

Ces mesures protègeront aussi les touristes des risques potentiels associés au contact direct avec la faune.

Nous travaillons avec le gouvernement costaricien et l’industrie du tourisme pour faire bannir les selfies.

La campagne Stop Animal Selfies est promue par le gouvernement du Costa Rica, le secteur du tourisme et notre organisation.

Les touristes reçoivent de l’information à l'aéroport international du Costa Rica; on les invite à prendre des photos avec les seuls animaux qui aiment les selfies : les paresseux, les toucans et les aras en peluche.

Ils postent ensuite leurs selfies d’animaux en peluche dans les médias sociaux pour sensibiliser le public à la cruauté liée aux selfies sauvages.

Roberto Vieto, notre gestionnaire de la faune explique : « Protection mondiale des animaux travaille à convaincre l'industrie du tourisme d’abandonner les formes cruelles de divertissement. Nous félicitons le gouvernement costaricien d’avoir lancé cette ambitieuse campagne et de promouvoir le tourisme responsable dans la région et dans le monde. »

Des images sans cruauté

Ne faites pas partie de cette horrible image : assurez-vous de faire des selfies sans cruauté.

Dans un ‘mauvais’ selfie, on touche, on tient, on restreint l’animal sauvage ou on l’attire avec de la nourriture pour s’en servir comme accessoire photo.

Dans un ‘bon’ selfie, l’animal n’a aucun contact direct avec l’humain, il n’est ni restreint ni en captivité pour les besoins de la photo.

N’oubliez pas : si vous pouvez serrer un animal sauvage, le tenir ou le prendre en selfie, c’est cruel.

Signez le Code du selfie de voyage

Read more

Indicates required field