La folie des loutres dans les cafés japonais et les médias sociaux

29 mai 2019

Des loutres sauvages piégées dans leur habitat naturel, gardées dans d’horribles conditions, puis élevées pour alimenter la demande internationale

Cafés de loutres

Au Japon, on trouve des loutres dans plus d’une douzaine de cafés. Dans ces cafés chaque animal souffre pour amuser les clients.

  • Quand les clients interagissent avec elles, les loutres gémissent, crient et hurlent de détresse
  • Certaines sont gardées en isolement, sans voir la lumière du jour
  • D’autres se rongent les griffes et montrent des signes de traumatisme
  • Dans les pires conditions, elles sont gardées en cage, sans accès à de l’eau propre

Photo: Loutre nourrie dans un café de Tokyo, au Japon. Crédit : Protection mondiale des animaux / Aaron Gekoski

Braconnage et menace d’extinction  

Pour satisfaire la demande internationale croissante alimentée par ces cafés et les photos de loutres de compagnie dans les médias sociaux, le braconnage actuel menace sérieusement la survie des loutres sauvages.

Notre enquête secrète a révélé la cruauté derrière le braconnage, le trafic et l’élevage en captivité des loutres au Japon, en Thaïlande et en Indonésie.

  • On vole les bébés loutres à l’état sauvage. Pour y parvenir, on tire sur les parents protecteurs, on les électrocute ou on enfume leur nid
  • Trois espèces de loutres sur quatre sont en danger d’extinction en Asie du Sud-Est
  • On soupçonne la participation des fonctionnaires et des responsables de l’application de la loi dans cette affaire
  • Il est assez courant de couper ou d’arracher les dents des loutres pour les rendre plus sécuritaires à manipuler. Lors d’une visite dans un centre de sauvetage, on nous a confirmé que c’était pratique courante dans l’industrie. Plusieurs loutres arrivent en mauvais état, les dents cariées ou arrachées, et les canines coupées

Vous pouvez lire notre rapport ici (en anglais).

Les loutres #PasUnCompagnon 

La loutre ne peut être heureuse en captivité.

Cette nageuse hors pair parcourt de longues distances dans les cours d’eau de son habitat.  

C’est un environnement impossible à reproduire à la maison.

La plupart des loutres de compagnie sont gardées dans des espaces beaucoup trop petits et ne sont pas nourries correctement, malgré les meilleures intentions de leurs propriétaires.

Ces animaux très sociables vivent en groupes pouvant compter jusqu’à 20 individus.  C’est aux antipodes de leur vie en captivité.

Photo: Loutre dans un café de Tokyo, au Japon. (Crédit : Protection mondiale des animaux / Aaron Gekoski

Cassandra Koenen, directrice mondiale de la campagne Faune au lieu de compagnon, nous explique :

« Ce n’est pas parce qu’un animal sauvage est mignon qu’on devrait l’emmener vivre chez soi. Malheureusement, les gens l’oublient sous l’influence des médias sociaux et des lanceurs de mode, qui en font des compagnons amusants et cool. »  

Optez pour un animal domestique

Nous vous invitons à ne pas acheter, posséder, ni élever d’animal sauvage pour la compagnie. La captivité est aux antipodes de leur vie à l’état sauvage.

Aidez-nous à mettre fin au commerce des animaux exotiques en prenant l’engagement de ne jamais acheter d’animal sauvage pour la compagnie.

Ce n’est pas parce qu’un animal sauvage est mignon qu’on devrait l’emmener vivre chez soi.

Faites passer le mot: