On est plus d’un demi-million à demander à PFK de mieux traiter ses poulets

16 octobre 2018

Plus de 500 000 personnes d’une dizaine de pays ont signé notre pétition pour que PFK offre à ses poulets une vie digne d'être vécue. Nous sommes à Louisville, au Kentucky, pour faire entendre à la compagnie la force de nos voix.

Oubliez les slogans, les jingles et les pubs alléchantes : pour les poulets de PFK, la réalité se résume à une vie de souffrance.

Remise de la pétition

La pétition de notre campagne Du changement pour les poulets, pour que le géant de la restauration rapide adopte des pratiques d’élevage moins cruelles, a recueilli 500 000 signatures partout dans le monde.

Les gens comme vous ne restent pas indifférents pendant que des milliards de poulets souffrent. La cruauté inutile ne doit pas être l’ingrédient principal du fast food, et les sociétés comme PFK doivent changer leur façon de faire.

Aujourd’hui, 16 octobre, Journée mondiale de l’alimentation, nous remettons la pétition au siège social du géant de la restauration rapide, à Louisville, au Kentucky, où le tout premier Poulet frit Kentucky a ouvert les portes en 1940.

Par cette pétition, nous disons haut et fort à PFK d’entreprendre le vrai changement qui empêcherait des milliards de poulets de souffrir dans d’horribles conditions.

L’horreur des fermes industrielles

PFK s’approvisionne dans les fermes industrielles : des entrepôts stériles et trop pleins, où entre rarement la lumière du jour. 

La plupart des poulets sont élevés pour grandir à un rythme anormal et abattus au bout de 40 jours, alors qu'ils sont encore bébés.

Cette approche industrielle de l’élevage est contre nature et exerce une pression énorme sur les organes et les pattes des poulets. De nombreux poulets passent leur vie en douleur, ne peuvent marcher et souffrent de lésions cutanées et d’insuffisance cardiaque.

C’est pourquoi nous, avec des centaines de milliers d’autres, demandons à la chaine de fast food de mettre fin à la cruauté envers les poulets dans les fermes industrielles.

Ce que nous demandons

Nous demandons à PFK de s’engager à ne servir que des poulets élevés à une vitesse normale, dans des fermes offrant plus d’espace, de lumière naturelle et mieux aménagées, de sorte que les animaux soient en meilleure santé, plus heureux et plus actifs.

PFK n’a pas encore pris d’engagement mondial envers les poulets, et n’a pas répondu à notre appel au changement. Pendant ce temps, près de 90 fournisseurs et détaillants de services alimentaires, dont Tim Hortons, Burger King et Starbucks Canada, ont relevé le défi d’améliorer le traitement des poulets.

Des poulets entassés à l’intérieur d’une ferme industrielle.

Une vie de misère

Jonty Whittleton, directeur de la campagne s’exprime en ces termes : « Les poulets sont le principal ingrédient de l’activité multimilliardaire de PFK à l’échelle mondiale. Pourtant, ils sont privés des besoins les plus élémentaires et soumis à une vie de misère et de douleur.

« Des consommateurs de partout sont d’accord : assez, c’est assez!

« Nous continuerons de collaborer avec PFK et tous les autres pour mettre fin à cette insupportable cruauté. Nos supporteurs nous appuient à chaque étape. »

Allez hop! Sentez la cruauté

Pour attirer l’attention sur l'inutile horreur des conditions auxquelles sont soumis les poulets, nous sommes descendus avec notre message dans la rue.

Début octobre 2018, nous avons lancé un pop-up olfactif à New York entre la Journée mondiale des animaux d’élevage et la Journée mondiale des animaux (2 au 4 octobre).

Nous avons montré aux New-Yorkais l’odeur réelle de l’agriculture industrielle, et ils n'ont pas du tout aimé ça!

 

People like you will not stand by while billions of chickens are suffering. Unnecessary cruelty shouldn’t be fast food’s main ingredient. Companies like KFC must change their ways.
Catégories: 

Faites passer le mot: