Espoir pour les vaquitas : Retrait des dangereux filets de pêche pour sauver l’un des animaux marins les plus menacés

03 novembre 2017

Il ne reste que 23 marsouins vaquitas au monde. Avec nos partenaires et à l’aide de la technologie d’imagerie par sonar, nous retirons les filets abandonnés dans le Golfe de Californie, au Mexique, où vivent les dernières vaquitas

Avec le Comité international pour le rétablissement du marsouin vaquita (CIRVA) et le Monterey Bay Diving, nous avons uni nos forces à celles des pêcheurs locaux, à San Felipe, au Mexique, le mois dernier (octobre 2017). Ensemble, nous avons repéré les filets illégaux—surtout des filets maillants—dans le principal habitat du marsouin vaquita, ou marsouin du Pacifique.  

Étant donné l’importance des activités de pêche, plusieurs filets abandonnés ou perdus dérivent dans le haut golfe de Californie. Ces filets sont la principale cause de la quasi-extinction du marsouin.

(Vidéo en anglais seulement)

Sauver des vies par sonar

La technologie unique de l’imagerie par sonar, fournie par Moterey Bay Diving, a servi à repérer les filets abandonnés susceptibles d’empêtrer les vaquitas. Nous avons réussi à en retirer 2000 mètres carrés.

La technologie au sonar est extrêmement précise et permet à l‘équipe de voir jusqu’à 200 mètres sous l’eau avec une précision de l’ordre de 0,1 mètre. Une fois les filets maillants localisés, nous utilisons des grappins sous-marins pour les marquer avant de pouvoir les retirer.

« Monterey Bay Diving est fière de participer à ce projet et défend vigoureusement les océans et la vie qu’ils abritent », explique Jared Berg, président de Monterey Bay Diving.

Les filets ainsi récupérés sont recyclés en produits à base de nylon, par les partenaires de la Global Ghost Gear Initiative, que nous avons fondée en 2015.

Nous repérons les marsouins empêtrés à l’aide d'une technologie de précision par sonar

De moins en moins avec le temps

Cette récente mission de récupération de filets a été financée par WWF Mexico. Elle fait suite à l’expédition de mai, où l’équipe avait retiré environ 5702 mètres carrés de filets, soit trois fois plus qu’en octobre.  

Pendant tout un mois de recherche, entre septembre et octobre, l’équipe a trouvé beaucoup moins d’engins de pêche que pendant la recherche de mai. Ceci nous laisse espérer que l’habitat soit devenu plus sécuritaire pour les vaquitas, pour l’instant.

Principal coupable : la pêche au totoaba

Malheureusement, à la prochaine saison de la pêche au totoaba il y aura encore plus de filets maillants, malgré l’interdiction nationale de pêcher dans l'habitat des vaquitas, ce qui les menacera une fois de plus.

Les filets de nylon illégaux qui étranglent les vaquitas servent à pêcher le totoaba, une autre espèce gravement menacée d’extinction vendue illégalement en Chine, où sa vessie natatoire sert en médecine traditionnelle.

Avec l’aide du gouvernement

Pour répondre au statut critique du marsouin, le Mexique a interdit l’usage de filets maillants dans le haut golfe. Or, il est crucial que cette interdiction soit appliquée le plus strictement pour assurer la survie des marsouins vaquitas.  

« Les filets à la dérive issus de la pêche illégale ont poussé les vaquitas au bord de l’extinction », explique Elizabeth Hogan, notre directrice des campagnes Faune et Océans, aux États-Unis.

« Nous avons espoir que des solutions innovantes pourront les sauver. Le repérage et le retrait des filets sont essentiels pour assainir l’habitat de ces marsouins, et nous espérons que le gouvernement mexicain continuera de faire respecter la protection de leur milieu naturel », poursuit-elle. 

Avec le CIRVAA et l’entreprise Monterey Bay Diving, nous veillons à protéger les marsouins dans le port de San Felipe

Les vaquitas et d’autres espèces

Ce projet visant à sauver les 23 marsouins vaquitas encore vivants s’inscrit dans notre campagne Changements en profondeur.  

De nombreuses autres espèces marines se prennent dans les engins de pêche abandonnés qui contribuent à ce qu’on appelle la « pêche fantôme ».  

Chaque année, 640 000 tonnes d’engins de pêche abandonnés dans les mers du monde tuent environ 136 000 phoques, otaries, baleines et autres.

Lisez plus d’histoires comme celle-ci

Joignez notre campagne pour la Journée mondiale de l’océan cette année 2019, votre don sera doublé!

Profitez-vous du jumelage de dons et fêtez avec nous la Journée mondiale de l’océan pour que les générations futures puissent célébrer les océans et ses animaux autant ou plus que nous aujourd’hui.

Faites votre don

*Les dons pour notre campagne de la Journée mondiale de l'océan seront jumelés dollar par dollar jusqu'à 30 000 $ jusqu'au 30 juin, à minuit HNE.

Catégories: 

Faites passer le mot: