En aidant les animaux vous aidez aussi les gens

Les animaux sauvages, de compagnie ou d’élevage ont un profond impact sur la vie de chacun sur terre. Ils sont essentiels au gagne-pain de quatre milliards de personnes. En travaillant avec ceux qui dépendent de leurs animaux, Protection mondiale des animaux intervient pour fournir un appui à la fois concret et durable.

Développement économique et durable

Le secteur de l’élevage emploie près de 1,3 milliards de personnes. Aussi, chez les plus démunis, ils sont un milliard à dépendre des animaux pour leur nourriture, leur revenu, leurs transports, leur statut social ou leur sécurité. Dans les pays en développement, la perte ou la maladie d’un animal peut signifier la pauvreté. Grâce à un cheval ou un âne bien entretenu et en santé, la marchandise arrive au marché et le conducteur a un revenu régulier. Protection mondiale des animaux fournit aux propriétaires l’équipement et la formation nécessaires pour en prendre soin de leurs animaux. Et par nos cliniques mobiles, nous veillons à rendre les soins vétérinaires plus accessibles.

Pour en savoir plus sur nos projets avec les animaux de trait ou pour entendre le discours de Mike Baker, directeur général de Protection mondiale des animaux à l’ONU, sur le bien-être des animaux et le développement durable :

Animaux d’élevage, environnement et santé humaine

Un meilleur bien-être animal à la ferme peut aussi signifier une production agricole plus viable, moins d’impact sur l’environnement et un moindre risque de nourriture contaminée par la maladie et les bactéries (comme la salmonelle).

Protection mondiale des animaux veille à promouvoir l’élevage sans cruauté, axé sur des systèmes de pâturages, qui consomment moins de céréales, de carburant et d’eau. Ces systèmes limitent aussi le nombre d’animaux dans un élevage, ce qui réduit les risques de pollution et de transmission des maladies. Par exemple, dans un poulailler sans cage, quand les petits troupeaux de poules picorent à l’extérieur, leur fumier est absorbé par la terre et sert de fertilisant. Dans une ferme comptant des dizaines de milliers de poules, les énormes quantités de fumier produites doivent être transportées et entreposées à grands frais pour l’environnement. Selon de récentes recherches, les poulaillers munis de cages posent un plus grand danger d’infection à la salmonelle.

Nous travaillons fort pour convaincre les gouvernements, les agriculteurs et les consommateurs que l’agriculture éthique est meilleure pour les animaux, pour les hommes et pour l’environnement. Au Sommet de la terre, à Rio de Janeiro, au Brésil (une conférence majeure sur l’environnement et le développement durable), nous nous sommes assurés de faire mettre le bien-être des animaux à l’ordre du jour. Nous avons demandé aux délégués de reconnaitre l’importance du bétail dans le développement économique et leur rôle dans la viabilité des moyens de subsistance pour sortir les gens de la pauvreté, dans les pays en développement. Pour en savoir plus, Lire le mémoire de Protection mondiale des animaux. (en anglais seulement) 

Rage dans les communautés

Dans les pays en développement, la rage peut être fatale, tant pour l’homme que l’animal. Les gouvernements locaux ont souvent recours à l’abattage (des chiens, surtout) par empoisonnement, électrocution ou arme à feu. Ces méthodes sont cruelles et font énormément souffrir les animaux. Et elles sont inefficaces à long terme, car elles ne s’attaquent pas à la cause du problème.

Tuer des chiens en réponse à la rage n’a jamais réussi à éliminer la maladie. Mais la rage est totalement évitable. Il existe une solution éthique, durable et scientifiquement prouvée à la peur et la cruauté : la vaccination. Nous avons lancé une initiative mondiale pour implanter des programmes de vaccination des chiens dans les pays où on les tue par peur de la rage.

Notre approche de la rage s’est déjà avérée un succès dans de nombreux pays. Nous avons notamment réalisé un projet de vaccination de masse au bazar de Cox, au Bangladesh, où nous avons immunisé plus de 70 pour cent de la population; puis mis à chaque chien un collier rouge pour que la communauté sache qu’il était vacciné. Un autre projet financé par Protection mondiale des animaux a connu un grand succès à Bali : 210 000 chiens ont été vaccinés, ce qui a entrainé une baisse importante des cas de rage canine et humaine.
Pour en savoir plus >>

Préparation et réponse aux catastrophes

Dans les catastrophes, la santé et le bien-être des animaux sont étroitement liés à ceux des personnes. Lors d’une catastrophe, les gens refusent souvent d’évacuer les lieux sans leurs animaux, ou prennent le risque d’y retourner pour aller en prendre soin. Avec les gouvernements et ses partenaires locaux, Protection mondiale des animaux s’active à répondre aux urgences et à prévenir les risques futurs pour les animaux et les communautés qui en dépendent. Nous coopérons avec les agences d’aide humanitaire, sans jamais compromettre leur capacité à aider les personnes sinistrées.

Protéger le bétail pour rebâtir la collectivité

Certaines des communautés les plus pauvres et vulnérables aux catastrophes sont aussi celles dont la survie dépend le plus du bétail, de la volaille et des animaux de trait. Quand on néglige de se préparer à réagir aux risques pour la santé et le bien-être de ces animaux sinistrés, on néglige aussi de protéger la santé, le bien-être et la subsistance de ceux qui en dépendent pour leur nourriture, leur transport et leur bien-être.

Pour les propriétaires, et toute leur communauté, perdre des animaux d’élevage dans les catastrophes peut entrainer la malnutrition, l’insécurité alimentaire, voire l’endettement, la dépendance et le désespoir. Si le travail de Protection mondiale des animaux—pour veiller à la santé et au bien-être des animaux dans les catastrophes—profite aux animaux, il profite aussi à toute la communauté qui dépend d’eux.

Pour mieux comprendre pourquoi les animaux sont importants lors des catastrophes ou pour les toutes dernières nouvelles mondiales dans notre blogue sur les animaux dans les urgences..

Animaux de compagnie, source de réconfort

Dans les catastrophes, les propriétaires tentent souvent d’aller sauver leurs animaux de compagnie. Quand ils sont forcés de les abandonner, ils sont souvent plus à risque de vivre un stress post-traumatique. Nos efforts pour sauver, héberger, nourrir et soigner les animaux de compagnie, et peut-être même retrouver leurs propriétaires (ou les placer au besoin), bénéficie autant aux animaux qu’aux propriétaires.

Regarder notre vidéo :

Faites passer le mot:

Media
Media
Media