Pour en finir avec l’industrie de la bile d’ours

En Asie, nous veillons à mettre fin à la cruauté envers les ours et à l’inutile industrie de la bile d’ours. Et nous y mettrons le temps qu’il faut.

Commerce de la bile d’ours

En Asie, on capture les ours pour leur bile, qu’on extrait avec des méthodes cruelles et douloureuses, et qu’on vend ensuite comme médecine traditionnelle. Ces ours souffrent, dans des conditions insalubres et souvent dans des cages de la taille d’une cabine téléphonique. Et cette industrie est totalement inutile, car il existe une foule d’alternatives synthétiques ou à base de plantes, disponibles à peu de frais.

L'industrie de la bile en Asie soumet les ours à des souffrances intenses et inutiles. Vous pouvez nous aider à y mettre fin.

Inutile cruauté envers les ours

La bile d’ours est extraite de façon cruelle et intolérable, souvent par des gens sans qualifications vétérinaires et peu soucieux de protéger les animaux. Certains ours endurent cette cruauté toute leur vie. La torture peut durer 20 ans, sauf quand l’ours succombe à l’infection, aux tumeurs ou aux blessures qu’il s’inflige. Vivant une angoisse extrême, ces ours passent des heures à gémir et à se balancer. Ils se brisent souvent les dents sur les barreaux de leur cage.

Ensemble, nous pouvons produire un changement durable et éviter aux ours l’intense douleur et la détresse psychologique qu’ils subissent dans le commerce de la bile.

Bile d’ours : notre travail

Nous nous sommes engagés à mettre fin à l’exploitation des ours dans le commerce de la bile, et à éviter aux ours sauvages la captivité et la souffrance. Voici notre travail :

  • En partenariat avec les gouvernements, les instances mondiales et les personnes et organisations locales, mettre fin à l’exploitation des ours et produire un changement durable.
  • Promouvoir de meilleures conditions pour les ours en captivité et veiller à mettre fin à l'industrie de la bile d'ours, une fois pour toutes.
  • Faire évoluer les lois et les politiques; leur surveillance et leur application, pour assurer aux ours captifs leur liberté de mouvement, un environnement plus sain et une protection contre l’exploitation et l’extraction de la bile.
  • Sensibiliser le public aux alternatives à la bile d’ours, comme les produits à base de plantes ou synthétiques, qui sont efficaces et disponibles à peu de frais.
  • Collaborer avec les organisations locales, pour inciter les gouvernements à respecter leurs engagements internationaux sur la protection des ours et des animaux sauvages.

Avec votre appui, nous pouvons mettre fin à la vie de souffrance et de détresse que subissent les ours captifs dans le commerce de la bile.

Faites passer le mot:

Media
Media
Media